BLOGGER TEMPLATES - TWITTER BACKGROUNDS »

mercredi 13 août 2008

Comme une impression...suite

De déterrer ma grand-mère...

Dans mon billet précédent, je vous expliquais les circonstances qui entourent la vente de la maison de mon père. 
Cette maison, avant d'appartenir à mon père, 
et c'est ici qu'il est important de le préciser,  appartenait à ma grand-mère. 
Dans les faits, il a racheté la maison familiale à la mort de ma grand-mère en 1993.
À cette époque, j'aimais beaucoup cette maison, surtout son jardin.

Ma grand-mère, elle avait le pousse vert! 
Il y avait une grande variété de fleurs vivaces et de magnifiques rosiers dans son jardin.
Malheureusement à sa mort, sans savoir que la maison et le jardin allait rester dans la famille, mes oncles et mes tantes étaient venus dépouiller les plates-bandes des plus beaux spécimens (rosiers, iris, pivoines...) Ainsi, lorsque nous y avons emménager à la fin de l'été... 
le jardin n'était que ruine et dévastation.

Ça m'a pris quelques années pour lui redonner son charme d'antan... jusqu'à ce que je quitte la maison paternel pour débuté ma propre famille.

Suite à mon départ et à la retraite de mon père, le jardin a été abandonné à lui-même.

Quand j'y suis retournée au printemps c'était un vrai jardin secret! 
Oui, oui comme dans le film!
La Nature avait repris tout ses droits dans cette petite cour arrière à ville St-Laurent.

Ainsi, la semaine dernière, pour prendre un peu d'avance, les futurs/nouveaux propriétaires de la maison ont demandé à mon père s'ils pouvaient faire un peu de "ménage" à l'extérieur. 
Il a dit oui.
Hélas, la première journée qu'ils sont venus, ils ont littéralement tout arraché devant la maison! La haie, le muguet, les coeurs saignants, les hostas, les hémérocalles, les pivoines, le gazon... et j'en passe. 

Imaginer ma tête lorsque j'ai vu le désastre!

Finalement mon père c'est réveillé et leur a dit:
"Si vous êtes pour tout massacré ainsi, attendez que je quitte car je ne veux pas voir ça!"
Alors ils n'ont pas touché à Mon jardin secret dans la cour arrière... petit ouf.

C'est ainsi que je me suis retrouvée, dimanche dernier, les deux mains dans la terre, à arracher toutes les plantes que je voulais garder.
 Toutes les plantes que j'avais patiemment remplacées et celles qui restaient que ma grand-mère avait plantés il y a très très longtemps...
Après m'être battue, pendant 30 minutes, avec les racines d'une pivoine vieille d'au moins 25 ans... je suis entrée assoiffée et découragé dans la maison.

Pendant que je sirotait tranquillement mon verre d'eau, l'air pensive, mon père me demande:
"Ça va pas? T'as l'air découragée...

moi de répondre:
"ben... c'est bizarre, ces plantes-là, c'est les seules "choses" vivantes qui me restent de grand-maman. Les laisser ici, se faire massacrer par les futurs/nouveaux propriétaires, me donne l'impression d'abandonner ma grand-mère. Mais là, les déraciner pour les amener chez moi me donne comme  l'impression de déterrer ma grand-maman..."

mon père d'ajouter avec son cynisme habituel:
"Au moins, chez vous, elle va reposer en paix..."

Comme quoi, des fois, c'est pas les bijoux, la vaisselle ou les meubles de nos grands-mères que l'on veut comme héritage... juste des fleurs qui ont été aimées d'elles.

PS: Les photos sont bien de moi cette fois-ci!

3 commentaires:

Madame Unetelle a dit…

C'est aussi ce que je ferai, mais avec des framboisiers. Quand mes parents vendront leur maison, je vais partir avec les framboisiers d'une amie décédée.

Elles seront bien chez toi. Belles photos!

Godzy a dit…

Vivant ce que je vis présentement, ton billet me touche beaucoup.

Je suis certaine que ces fleurs là, seront bien chez toi. Tu y sembles très attaché et c'est un beau souvenir.

Colombine des bois a dit…

@mme unetelle merci de me comprendre...

@ Godzy, je t'avoue que ton billet sur ta grand-mère m'a un peu inspirer pour le mien... mes sincères condoléances.